Groupe d'entraide - traduction

La question est banale. Combien de mots, de caractères, maitrisez-vous ? Mais peu importe le nombre, si on est incapable de comprendre un texte, ou d’utiliser ces mots à l’écrit. Il y a le savoir, et il y a le savoir faire.
Depuis de nombreuses années, je m’exerce à la traduction, plutôt d’oeuvres classiques, parce que cela nous rapproche des origines de la langue. Et mon constant est sans appel. Je peux connaîtres tous les caractères, et parfois tous les mots d’une expression sans savoir en dégager le sens. Il m’arrive à partir de la traduction, de trouver une phrase qui ne fait aucun sens par rapport à notre culture, et il faut parfois se documenter sérieusement sur les modes de vie, la culture de l’époque, pour comprendre l’auteur.
C’est un sacré défi, mais c’est aussi un voyage dans le temps et dans l’espace. Une manière tout à fait agréable de rafraichir son esprit, de réaliser que tout le monde ne pense pas comme nous.
Parmi les oeuvres auxquelles je me suis déjà attaqué, il y a bien sûr le Tao-Te-King (chinois traditionnel), la légende des trois royaumes (三国演义) et le dernier, Au bord de l’eau (水浒传).
Si certains d’entre vous veulent se lancer dans l’aventure avec moi, nous pourrions réfléchir ensemble à certains extraits dont la traduction peut présenter un intérêt tout particulier. Mon espoir est de réunir autour de ce projet des personnes de tous niveaux, le plus avancés pouvant faire bénéficier les autres de leurs connaissances. Une sorte de « brain storming » qui pourrait apporter un éclairage neuf sur notre approche de la langue.
Faites moi savoir si cette tentative est susceptible de vous intéresser. Je repense à ma prof, de Chinois qui disait à l’époque, qu’il était impossible de prétendre apprendre la langue chinoise si on refuse de s’intéresser à la culture, l’histoire, la géographie, et même la cuisine chinoise. Elle avait oh combien raison.

3 J'aimes

Comment faites-vous pour vous documenter sur ces aspects ?
Des ressources en particuliers que vous recommandez ?

Perso ça m’intéresserait également car je suis moi aussi souvent confronté au problème de « Je connais tous les caractères mais je ne comprends rien au sens de la phrase »

En tout cas bravo pour votre travail. Je ne peux qu’imaginer la quantité colossale de boulot que demande la traduction d’une oeuvre comme la légende des trois royaumes

Perso je me sers de ressources multiples que je trouve sur internet, surtout sur les sites en chinois, comme baidu, par exemple, Dans le cas des trois royaumes, je ne compte pas les nombreux personnages qui parcourent l’oeuvre. Je crois qu’ils dépassent allègrement le millier. Certains sont plus importants que d’autres, comme 孔明 (诸葛亮), fin stratège militaire, mon préféré, le cruel 曹操, ou encore 刘备, pour n’en citer que quelques uns. Si on s’intéresse à la vie de ces personnages, alors on perçoit mieux le sens de l’histoire.
Nous avons également la chance d’avoir cet excellent film (2H30), Les Trois Royaumes du réalisateur hongkongais John Woo, sorti en 2008. C’est toujours intéressant de voir en image ce qu’on s’est représenté par la lecture, même approximative, parce que le film, nécessairement se concentre sur l’essentiel de l’histoire.
Enfin, ma dernière acquisition est un coffret de bande dessinée traditionnelle chinoise (édition Fei), traduit en Français (indispensable). Le coffret comprend 30 tomes racontant l’histoire des Trois Royaumes; une carte de la Chine ancienne de 220 à 265 et un livret connexe avec un préface de Jean Levi. (3960 pages, noir et blanc).
https://www.actuabd.com/Les-Trois-Royaumes-ou-l-empire-des

4 J'aimes

Bonjour
Pas très loin de Wuxi (compter une heure de bus environ, il y a un parc (en fait deux côte à côte , l’un consacré aux héros des Trois Royaumes, et l’autre à ceux d’Au bord de l’eau. Ces parcs 三国城,水浒城, au bord du Taihu servent aussi de décors pour tourner les séries. Quand on connaît ces romans, c’est un régal !

2 J'aimes

Bonjour,
Je cherche une personne qui pourrait me venir en aide pour la traduction de caractères.
Je joins a mon message la photo qui nécessite traduction, mais si je suis hors-sujet sur ce forum, je retirerai mon post.

Merci d’avance.

C’est la traduction chinoise du prénom « Félix »

2 J'aimes

Le cachet représente une signature, un peu comme celle qu’on trouve sur les calligraphies.

1 J'aime

Je vous remercie beaucoup pour votre réponse !

1 J'aime

A l’écrit, beaucoup de mots (caractères) remplissent des fonctions particulières pour faciliter la lecture. Ainsi, récemment découvert le caractère 头 - tou - ton neutre, la tête, utilisé comme suffixe pour former de mots. Exemple : 拳头 le poing, 舌头 la langue, 锄头 la houe ou binette.
Dans tous ces exemples, le caractère 头 n’a aucune valeur sémantique.
Dans d’autre cas, le caractère 头 a une valeur sémantique et conserve sa tonalité (deuxième ton), comme dans 教头 le coach ou 从头 de nouveau, dès le début.
Il n’est pas toujours facile de distinguer les deux valeurs du caractère, et ce n’est pas un gros problème. Il faut savoir que ça existe, de manière à éviter de traduire systématiquement le caractère.

1 J'aime

Des expressions idiomatiques.

A propos de « Je connais tous les caractères mais je ne comprends rien au sens de la phrase », il me semble que le problème est dans l’expression IDIOMATIQUE, comme dans toute autre langue humaine.
je dispose d’un livre, en italien, qui comprend une partie intitulée « les pièges de la langue chinoise ». Il fournit des tas d’exemples de ce genre où on connait tous les caractères sans comprendre le sens de la phrase.
Ceci dit, toute langue a ce genre de problèmes. En français, par exemple : « J’ai un TAS de choses à dire », « j’en ai par-dessus la tête », etc.
En chinois voici des exemples de la langue actuelle :
什么博士, 那家伙是一个草包。
Où 草包 = paille + sac, ce qui ne veut pas dire un sac de paille, mais un idiot, un ignorant.
*
别相信他 : 他只会吹牛。

Où 吹牛 = souffler + bœuf, cela ne signifie pas « souffler sur le bœuf», mais se vanter.
*
我受不了对上司拍马屁。
拍马屁 = donner des coups + cheval+postérieur, ne signifie pas « donner des coups au postérieur du cheval », mais aduler, lécher les pieds à quelqu’un.
Imaginez un Chinois qui lit, dans un texte français, « lécher les pieds à quelqu’un », s’il ne connaît pas l’expression idiomatique française, il connaît les mots mais pas la signification.
*
Mais voici une phrase où la langue française se rapproche de la langue chinoise, par usage d’une métaphore :
小心点: 他是一只老狐狸。

老狐狸 = vieux, loup, outre à signifier « vieux loup », signifie également « rusé ».
*
Voici un exemple où par INTUITION on pourrait parvenir à comprendre le sens :
我内人, littéralement intérieur-gens, signifie « mon épouse ». Par intuition, on peut penser « femme+intétieur », donc « épouse ».
*
人蛇 = homme + serpent, ne signifie pas « homme-serpent » mais organisateur de l’immigration clandestine.
*
情人 = sentiment+gens ou une personne, ne signifie pas « « une personne (ou des personnes) sentimentale » mais « amant »
*
Ne citons pas le connu 火车 qui ne signifie pas « cheval de feu », mais train.
Ou encore : 火鸡 = feu + poulet, ne signifie pas « poulet de feu » mais « dinde ».

Un ami chinois m’avait dit un jour : « Le jour où tu connaitras le sens de tous les proverbes chinois (成语), alors la langue chinoise n’aura plus de secret pour toi. » Et il y a des milliers en langue chinoise. Il me semble qu’on peut trouver des livres de recueils des proverbes anciens et modernes. Je pense qu’en prendre connaissance permettra de connaître le sens au-delà des mots.

1 J'aime

C’est exact, mais il ne faut rien exagérer. En parcourant les classiques, je peux témoigner que les chengyu se retrouvent environ à une fréquence de 2 à 3 tous les 100 mots. Par contre il y a des expressions qui ne sont pas des idiômes, mais qui ne percutent pas notre esprit parce que nous n’avons pas baigné dans la culture chinoise. C’est en forgeant qu’on devient forgeron, et il n’est pas d’autre solution que d’entrer dans la « pensée chinoise » et plus particulièrement tout le vocabulaire emprunté au Taoïsme, Confucianisme et Bouddhisme, pour percevoir le sens de certaines expressions.
Dans vos exemples, vous semblez plutôt évoquer les termes d’argot en chinois. Là c’est encore plus compliqué. Combien de personnes sont capables de comprendre l’argot dans nos langues maternelles. L’argot a certainement été inventé pour que le commun des mortels ne puisse pas accéder au propos échangés entre partisan d’un même milieu.
Pour ceux qui n’entendent pas se laisser décourager par l’apprentissage du chinois, je leur conseille de faire un grand détour par la culture, la civilisation qui a porté la langue jusqu’à nous. On peut déjà commencé par le 易经 qui à travers les troncs (tiges) célestes et les branches terrestres, nous renseignent déjà sur les composantes d’origine divinatoire de segments qui se retrouvent dans bien des caractères, parmi les premiers appris.
Comprendre qu’on a affaire à une langue qui puise ses racines dans le mystère (divinations) voire la superstition (les sens attachés aux chiffres) fut la plus grand défi pour un esprit occidental, formaté à la rationalité. Mais quel régal de pouvoir, de savoir, se laisser porter par la langue, plutôt que de toujours chercher à la dompter, à la maîtriser. Dans le premier cas, on l’apprend une fois, dans le second c’est une perpétuelle découverte.
C’est d’ailleurs ce que nous enseigne le Taoïsme. L’apprentissage est un voyage dont le chemin se dessine au fur et à mesure de la progression, et dont l’objectif n’est ni défini, ni constant.
Je collectionne tous les chengyu que je rencontre, mais uniquement à la condition qu’ils me « parlent », c’est-à-dire que l’image à laquelle ils renvoient évoque quelque chose ou bien ouvre une nouvelle voie que je suis en position d’explorer. Pour nombre d’entre eux, malheureusement ils ne me disent rien ; donc aucune chance de pouvoir les utiliser, et donc, aucun intérêt de les retenir. Si je les rencontre au fil de mes lectures, ce n’est pas parce que je suis capable d’en décrypter le sens, qu’il me « parlent ». Dans ce cas, j’en fait l’acquisition utile pour la traduction, sans plus.

2 J'aimes

Je vous donne une autre expression truculente issu du roman « water margin » - 水浒传:撮鸟 - littéralement « pincer oiseau ». Voyons voir les sens de cette expression de la fin de la dynastie Qing et arrivée jusqu’à nous :
解释“撮鸟”二字的意思为:撮= 傻、呆的意思;鸟=屌。

De quoi s’agit il ?
誓书铁券 [shì shū tiě quàn] - Coupon de serment en fer (affidavit - Déclaration sous serment)

Le « coupon de fer du livre rouge » original est un document de récompense. Dans les dynasties du nord et du sud, la fonction de «sans mort» a été ajoutée. Les «coupons de fer», produits en fer ayant une apparence tubulaire, sont communément appelés «matrice libre». La méthode de fabrication est une tuile en fonte de fer fondu, en forme de bateau à vapeur, cassée en deux et en forme de tuile, est une sorte de bon à caractère de récompense et d’alliance émis par les empereurs féodaux aux héros et aux empereurs. Le détenteur du billet et le court en détiennent chacun la moitié. Le bon de fer est le prototype de la médaille.

1 J'aime

瑞雪 (ruì xuě) :
瑞 heureux présage; de bon augure
雪 neige
Explication :
Signe avant-coureur d’une récolte exceptionnelle, pour 3 raisons:

La neinge permet de garder le sol chaud, d’accumuler de l’eau et à protéger les racines du froid. En hiver, le temps est froid et la neige isole les sols du froid. La neige qui recouvre le sol est relativement molle. Il y a beaucoup d’air stagnant à l’intérieur. L’air agit comme un isolant. C’est comme couvrir une culture avec une couette à l’extérieur. Peu importe le froid, la température en dessous ne baissera pas. Après le passage de la vague de froid, le temps se réchauffe progressivement et la neige fond lentement. De cette manière, non seulement les cultures ont été protégées des dommages causés par le gel, mais l’eau de la neige fondue est restée dans le sol, ce qui a économisé beaucoup d’eau pour les cultures, ce qui est important pour les semis de printemps et la croissance des cultures. Les deux sont très avantageux.

La seconde consiste à ajouter de l’engrais au sol. La neige contient beaucoup de nitrures. Selon les observations, si 1 litre d’eau de pluie peut contenir 1,5 mg de nitrure, alors 1 litre de neige peut contenir 7,5 mg de nitrure. Lorsque la neige fond, ces composés azotés sont transportés dans le sol par l’eau de fonte de la neige et deviennent le meilleur engrais.

Le troisième gèle à mort les ravageurs. La couverture neigeuse joue un rôle d’isolation thermique sur le sol, ce qui est temporairement bénéfique pour les ravageurs qui se sont enfouis sous terre pour l’hiver. Mais quand la neige fond, elle prend beaucoup de chaleur au sol, à ce moment-là, le sol deviendra soudainement très froid, la température baissera beaucoup et les ravageurs mourront de froid.

Les gens appellent souvent 瑞雪 la bonne neige et 瑞 représente la bonne chance. Par conséquent, les gens utilisent également 瑞雪 pour désigner une bonne neige, ce que les gens attendent.

On se rappelle que la Chine a de tous temps été un pays agricole.

1 J'aime