Perte de motivation en chinois?

Salut à tous, j’espère que vous allez bien.

Je poste ici dans la mesure où je suis un peu préoccupé en ce moment parce que j’ai l’impression de peu à peu perdre mon intérêt pour le chinois.

Enfin, j’ai toujours envie d’apprendre mais je sens qu’inconsciemment, quand je dois bosser le chinois, je passe beaucoup de temps à butiner et à faire plein d’autres choses, comme si mon cerveau cherchait tous les moyens possibles pour me détourner de l’apprentissage.

Je voulais savoir si ça vous est déjà arrivé et si vous avez des techniques pour remédier à ça et retrouver la motiv !

C’est peut-être aussi dû au fait que j’ai un peu eu les yeux plus gros que le ventre, pendant le confinement j’ai ajouté énormément de mots d’un coup sur Anki, ce qui fait que depuis deux mois je stagne avec environ 1300 nouveaux mots sur Anki et j’ai l’impression que, quand j’utilise Anki pour réviser, je tombe à chaque fois uniquement sur des nouveaux mots donc je mets systématiquement « Échec » et c’est un peu décourageant, d’autant que j’ai l’impression que ça me fait aussi oublier des mots que j’avais acquis et bien ancrés dans ma mémoire, puisqu’ils n’apparaissent plus jamais sur Anki. J’ai vraiment l’impression que mon niveau n’évolue plus, ou en tout cas, trop lentement pour que je le remarque. Donc pareil, si vous connaissez ce genre de problème et si vous avez un remède, je suis aussi preneur.

Merci d’avance, bonne journée à vous !

Peut-être essaye de ne pas mettre des « packs » de vocabulaire d’un coup dans Anki, mais des phrases que tu auras apprises dans différents contextes (via des mots que tu as enregistrés via Plecco et rajouter une phrase vue en contexte via le site ChinesePod), perso je révise plutôt des phrases ChinesePod ou de podcasts audio et je trouve ça bien plus motivant, et on retient mieux quand tout est en contexte

Sinon si tu essayes de détourner ton apprentissage / tes révisions c’est probablement parce que ça manque de fun / c’est trop contraignant pour toi. Essaye de faire des trucs un peu plus fun de temps en temps (analyse de paroles de musiques, jouer aux jeux vidéo en chinois, regarder des vidéos BiliBili…) :stuck_out_tongue:

Ne perds pas espoir, c’est juste passager

4 J'aimes

J’ai connu parfaitement ce genre de situation. Mais si j’en crois mon expérience, au moment d’abandonner - et je me suis laissé découragé - je me suis vite rendu compte, que l’apprentissage du chinois me manquait. Certainement parce que cela demande un tel effort de concentration qu’on se fermer le temps de l’apprentissage à tout le reste. Il n’y a pas beaucoup de distance entre la concentration et la méditation. Et pouvoir s’exclure régulièrement du bruit du monde environnant, est un réel délice.
Maintenant, il est important de te concentrer sur tes objectifs. En ce qui me concerne (sénior) j’ai toujours rejeté l’apprentissage « utile ». Pour la première fois dans ma vie, voilà que j’apprends quelque chose pour moi seul, sans me tourner vers une quelconque utilité. Et ce qui est surprenant, c’est qu’une fois libéré de cette contrainte, on apprend plus facilement. Ce qui était compliqué devient simple, et le cerveau adore les voies de la simplification.
J’ai découvert plus tard que cette découverte personnelle était le fondement du Taoïsme. J’ai donc élargi ma pensée en m’investissant dans l’histoire du développement de la pensée chinoise. Et là, mon plaisir s’est trouvé amplifié, alors qu’il était déjà au top. Cette expérience heureuse, j’ai voulu la partager sur les réseaux sociaux, car un grand bonheur ne se garde jamais pour soi seul. Malheureusement dans mon environnement proche, si on observe ma métamorphose, il y a peu de gens qui veulent faire l’effort de comprendre ce que j’ai vécu.
Mais je t’égare peut-être… Je suis convaincu que tu n’abandonneras pas, mais tu vas découvrir, qu’on est jamais arrivée, qu’on a jamais atteint ses objectifs, parce que ceux-ci évoluent avec l’apprentissage. Plus on apprend, et plus on se sent, on se sait, capable de mettre la barre plus haut. En un mot, je dirais que plus ça se complique, et plus ça devient simple. La simplification est d’ailleurs la meilleure attitude pour se perdre. Voilà pourquoi je me suis mis très tôt à m’intéresser aux caractères traditionnels, et à l’étymologie chinoise.
Je pourrais parler des heures, mais je m’arrête là pour ne pas devenir ennuyeux. J’espère que mon message pourra être comme un phare dans la nuit agitée. Pour apprendre il faut aimer, pour aimer il faut s’intéresser, et pour s’intéresser il faut simplement être curieux. Voilà la voie.

8 J'aimes

Je comprends aussi tout à fait la phase par laquelle tu passes en ce moment.

C’est normal de baisser en motivation à ton niveau (HSK 5+), vu que tu te débrouilles déjà bien en chinois et que chaque progrès va maintenant te couter beaucoup d’efforts.

courbe apprentissage

J’ai moi-même traversé beaucoup de hauts et de bas lors de mon apprentissage.

Par exemple quand j’étais à ton niveau, j’en avais raz-le bol du chinois car ça faisait déjà plus d’un an et demi que j’étudiais intensivement (8-9H par jours en moyenne). Or, je ne faisais plus aucun progrès notable.

Du coup comme toi, je passais beaucoup de temps à butiner et à faire plein d’autres choses juste pour éviter d’avoir à étudier.

Ce qui m’a remotivé à ton niveau, c’est une simple discussion avec un camarade du même niveau que moi que je te résume brièvement :

  • Alex : Sérieux t’en à pas marre d’étudier le chinois ? Pourquoi tu continues à bucher, t’es déjà niveau HSK 5+

  • Psychopathe : Je veux le HSK 6

  • Alex : Pourquoi faire ? À quoi ça sert le HSK 6 ?

  • Psychopathe : Absolument à rien. C’est juste pour la gloire de se dire « J’ai la médaille d’or ». Ça donne un objectif à atteindre et ça me motive.

  • Alex : Ça me plait bien comme idée ! Moi aussi je veux la médaille d’or !

Après ça dépend des personnes et de ta propre personnalité. Perso la compétition m’a toujours motivé.

C’est un peu comme les marathoniens : Courir 40 km jusqu’à épuisement total pour une simple médaille peut sembler complètement débile, mais pourtant c’est ça qui les motive à s’entrainer tous les jours.

D’une manière générale, si tu commences à en avoir marre d’étudier, alors c’est le bon moment de te fixer un nouvel objectif ou de chercher de nouvelles ressources / méthodes pour apprendre.

Voici quelques techniques que j’utilise pour me (re)motiver :

  • Trouver une nouvelle chaîne YouTube de chinois ou une nouvelle série chinoise (Mieux encore, un nouveau genre de série à regarder)

  • Étudier les lyrics d’une chanson chinoise + apprendre à la jouer à la guitare

  • Trouver un projet sur une autre passion mais qui implique du chinois (Ex : Apprendre la médecine traditionnelle chinoise, lire un ouvrage ancien en chinois, découvrir l’histoire de Chine (ex 3 royaumes)

  • Lire le journal en chinois (Sur ce site par exemple)

  • Trouver quelqu’un de meilleur que moi en chinois comme par exemple la blonde de la chaîne 歪果仁 (Ça parait con mais ça fonctionne car ça me motive énormément à étudier pour la battre)

  • S’inscrire a des cours en petit groupe (Pas pour l’enseignement mais pour connecter avec la communauté, idéalement avec des gens meilleurs que moi )

Je te conseille aussi de bosser sur ta routine d’étude pour ne jamais manquer de motivation. Je t’explique comment faire dans cette vidéo :

Concernant ta question sur ANKI :

Ça m’est déjà souvent arrivé de me retrouver à souffrir quotidiennement sur ANKI à cause d’un trop grand nombre de nouveaux mots.

Par exemple quand je lisais le petit prince en chinois, j’avais rentré littéralement chaque nouveau mot dans ANKI (Notamment tous les proverbes).

Résultat : C’était devenu une vraie torture de faire mes révisions sur ANKI car la plupart de ces mots étaient ultra littéraires et je me trompais tout le temps.

Mon conseil : Supprime toutes les cartes taguées « leech » de ton paquet principal sur ANKI (c’est-à-dire les cartes sur lesquelles tu t’es trompé plus de 7 fois).

Je sais que c’est douloureux à faire (Car tu as déjà investi beaucoup de temps sur ces cartes) mais tu vas voir que d’un coup, tes révisions seront beaucoup plus rapides et surtout beaucoup plus faciles

Dis-toi que si vraiment ces mots étaient importants à connaître, tu les reverras forcément dans le futur. Pour l’instant le plus important c’est de focus sur ton plaisir à étudier au quotidien. Et moins de clics sur le bouton « à revoir » = Moins de frustration = Plus de plaisir à réviser !

J’espère que ma réponse t’a aidé :wink:

5 J'aimes

Merci beaucoup à vous trois pour vos réponses très détaillées !
Alex, c’est vrai que je me retrouve dans ce que tu dis, notamment par rapport à l’esprit de compétition et la volonté de parvenir au bout de ses efforts (la métaphore du marathon me parle bien puisque j’envisage d’en courir un un jour).
Je vais donc appliquer tous vos conseils avisés de ce pas.

2 J'aimes

Quel beau témoignage, merci.

1 J'aime

Concernant l’intérêt pour le chinois, voici mon expérience.

Ma première motivation de l’apprendre fut de lire, en français ou en italien, de la littérature chinoise ancienne, dont j’avais appris la richesse et, surtout, le fait qu’elle était totalement différente de la littérature occidentale ou arabe. Je découvrais, alors, qu’effectivement, j’ignorais tout de cette autre partie de la planète, et notamment sa littérature, sa musique, sa peinture, son mode de pensée !
Ensuite, cet amour pour la culture chinoise m’a porté à vouloir connaître des Chinois et de connaître, également, les modes de vie et la culture quotidienne.
Il est vrai que, parfois, j’avais des travaux plus urgents : je suis écrivain et cinéaste. Alors, j’abandonnais la régularité de mon apprentissage du chinois.
Et puis me revenait le besoin de poursuivre l’étude du chinois. Voici ce qui me motivait, alors, le plus a reprendre l’étude. Je me disais : « Tes productions littéraires et artistiques, c’est bien, mais, au fond, tu les destines aux AUTRES, gratuitement ou en gagnant un peu de fric. Mais, la langue chinoise, tu le fais pour TOI-MÊME, pour ton SEUL PLAISIR !… Alors, estime-toi davantage, aime-toi davantage ! » Et je reprenais mon apprentissage du chinois. J’eus le même mécanisme de motivation en apprenant à jouer du piano. L’apprentissage du piano, comme du chinois me portait à faire des découvertes fantastiques, à m’enrichir de manière splendide.
Une anecdote. Quand je vivais en Chine, à la demande des Chinois : « Pourquoi tu apprends le chinois ? », je répondais « : « Pour le plaisir, pour m’enrichir culturellement et spirituellement de cet autre trésor humain », la majorité ne comprenait pas. Ils sont persuadés qu’un étranger étudie le chinois uniquement pour faire du business. Très rares ceux qui admiraient ma motivation où l’intérêt est strictement culturel-spirituel. Quelques uns même se méfiaient de moi, me prenant pour un espion étranger, j’imagine.
Un regret amer : en Chine, j’eus très peu l’occasion de parler culture chinoise. La plupart étaient trop obsédés par l’argent. Tout au plus ils s’intéressaient aux choses les plus futiles concernant l’Occident.
Me restait alors l’intérêt pour la culture chinoise, notamment ancienne. Et le plaisir de connaître des gens qu’on appelle « ordinaires », mais qui sont des gens simples, auprès desquelles j’apprenais l’art de sourire et d’être heureux quelques soient les conditions matérielles de vie. Et l’espoir de retourner en Chine et de rencontrer encore des personnes de ce genre, voilà encore ce qui me motive à poursuivre mon étude du chinois.
Ajoutons l’immense plaisir de découvrir une langue unique au monde, par sa richesse sémantique, par la beauté de ses caractères, par les relations entre cette langue et la vie quotidienne antique et actuelle.
Évidemment, il y a un autre type de motivation pour apprendre le chinois : le but de faire du fric, du business. Ce n’est heureusement pas mon cas.
Pour résumer, la motivation est forte quand on est conscient de l’enrichissement culturel-spirituel que l’apprentissage régulier du chinois peut fournir, ou de l’enrichissement sous forme de fric. Autrement, on se décourage, tout simplement.

2 J'aimes

J’aime beaucoup ta vision. Moi aussi, j’ai appris le chinois pour le plaisir et je trouve que c’est la meilleure motivation qui soit !

J’avais commencé quand j’avais quinze ans, peut-être parce que j’avais une prof d’anglais sympa qui était chinoise, et j’ai repris mon apprentissage beaucoup plus tard.

J’ai travaillé successivement dans le 13ème ardt et à Belleville, tous deux des quartiers chinois de Paris, ce qui a renforcé ma motivation, le fait de dire quelques mots et de montrer un intérêt pour leur culture me permettant de bonnes relations avec les gens.

Dans le 13ème ardt, j’avais trouvé une super association chinoise où je fais de la calligraphie, et à un moment, je participais à des sorties entre français et chinois, mais maintenant, je manque de temps pour ça.

La découverte de la chaîne d’Alex puis de ce forum me redonne beaucoup de motivation.

Ça me donne envie de reprendre ces sorties et le groupe de conversation à la rentrée, car le contact avec des chinois est très motivant pour l’apprentissage.

2 J'aimes